Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer Telecharger
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 1999 o

CHIRURGIE CERVICO-FACIALE

Le kyste du tractus thyréoglosse, chirurgie et histologie


Auteurs : Cl. Conessa, J. Briffod, B. Sissokho, G. Michel (Dakar)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol 1999;120,1:13-18.

Article publié en français



Résumé : Il y a 70 ans Sistrunck a décrit une technique spécifique pour traiter le kyste du tractus thyréglosse. Cependant, cette intervention est encore non systématiquement réalisée dans ce type de pathologie. Les auteurs ont donc voulu déterminer sur une série de 28 cas si la technique de Sistrunck était trop excessive dans le traitement du kyste du tractus thyréoglosse. 28 interventions ont été pratiquées sur une période de 4 ans, 6 selon la technique de Schlange et 22 selon celle de Sistrunck. Il a été noté 17 % de complications dont 1 récidive secondaire à une technique de Schlange. Au cours des interventions les auteurs n'ont pu visualiser ou palper qu'une seule fois un tractus basi-lingual. Ce seul cas était exceptionnel puisqu'il était constitué par quatre canaux accolés le rendant ainsi visible du fait de son épaisseur. Cette quasi impossibilité de déterminer la présence d'un tractus sus hyoidien en per-opératoire pouvait faire croire en leur absence. Nous avons donc réalisé une étude systématique de toutes les pièces d'exereses avec pour les 22 pièces provenant d'une technique de Sistrunck des coupes étagées du tissu sus hyoidien. C'est ainsi qu'il a été mis en évidence dans 72 % des cas un ou plusieurs tractus basi-linguaux. Il ressort donc de cette étude que la technique de Sistrunck reste la seule technique valable pour traiter toute tumeur cervicale kystique médiane évoquant un kyste du tractus thyréoglosse. Toutes les autres interventions dont la technique de Schlange étant inadaptées car ne tenant pas compte des données embryologiques et histologiques de cette affection.


|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE