Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2013 o

TETE ET COU

Application du TEP – Scanner dans le diagnostic des métas­tases ganglionnaires cervicales de primitif incon­nu – une étude rétrospective de sept ans


Auteurs : Barbosa M, Duarte H, Breda E, Monteiro E. (Porto)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2013;134,2:89-94.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Objectifs : évaluer la sensibilité diagnostique du TEP– Scanner dans l´étude des patients se présentant avec des métas­ta­ses ganglionnaires cervicales d´une tumeur primitive incon­nue ; comparer son utilité clinique par rapport aux méthodes de panendoscopies classiques. Méthodes et matériels : étude rétros­pective avec consultation des dossiers cliniques de tous les patients adressés à l’Institut Portugais d’Oncologie (Porto) entre 2005 et 2011 remplissant les conditions suivan­tes : se présenter avec des métastases ganglionnaires cervicales d'une tumeur primitive inconnue et avoir été soumis à un PET – Scanner pendant la démarche diagnostique, après examen ORL et imagerie conventionnelle (Scanner, IRM) négatifs. Les patients présentant des métastases non-supraclaviculaires ont été analysés par la suite selon l´histopathologie ; et selon la réalisation d´une panendoscopie soit avant, soit après le TEP– Scanner. Résultats : quatre-vingt neuf patients ont rempli les conditions de l´étude. Le taux de détection du PET - Scanner fut de 32,6 % sans aucune différence statistiquement significative entre malades avec métastases exclusivement supra-clavicu­lai­res et métastases logés dans les niveaux cervicaux supérieurs (p = 0,24). Chez ces derniers (n = 76), 43 % ont fait PET–Sca­nner, soit avant, soit après une panendoscopie à but diag­nos­­tique avec biopsie des voies aerodigestifs supérieures, en cas d´échéance du premier et vice versa. Il ne fut pas décelé de différence statistiquement significative entre ces deux cas de figure (p = 0,25). Les faux négatifs mis en évidence, la plupart des fois, étaient des cas de lésions microscopiques situées dans la profondeur de l´amygdale. Conclusions : le TEP–Scanner peut s´avérer un outil intéressant dans la recherche d´un primitif soit en présence de métastases supraclaviculaires ou situés dans des niveaux cervicaux supérieurs. Malgré sa sensibilité clinique et la détection de tumeurs passées inaper­çues à l´endoscopie avec biopsie des VADS, (non décelées surtout dû à un mauvais «échantillonnage») un TEP–Scanner négatif, effectué en première instance, ne devrait pas exclure la réalisation d´une panendoscopie. Aussi les auteurs n´ont pas trouvé d´élément probant concernant l´ordre idéal entre ces deux types d´examen.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE