Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2001 o

RHINOLOGIE

Mélanomes malins muqueux cervico-faciaux. Expérience de l'Institut Salah Azaiz (Tunis).


Auteurs : Z. Oueslati, S. Touati, S. Gritli, A. El-May, F. Benna, H. Boussen, A. El-Khedim, M. Ferjaoui, A. Ladgham (Tunis)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2001;122,4:237-240.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Les mélanomes malins de localisation muqueuse cervico-faciale sont rares et de diagnostic tardif. Cette étude rétrospective porte sur 17 cas colligés en 30 ans. Le sex-ratio était de 1,1, l'âge moyen de 58 ans. Les sièges tumoraux étaient les suivants : naso-sinusien (n=10), rhinopharyngé (n=2), gengival (n=2), palatin (n=1), laryngé (n=1), auriculaire (n=1). L'extension tumorale était classée comme suit : stade I : 52,9 % ; stade II : 17,6 % ; stade III : 29,4 %. Les mélanomes malins étaient achromiques dans 23,5 % des cas. Sur le plan thérapeutique, 47,1% des patients n'ont été traités que dans un but palliatif du fait de l'importance de l'extension tumorale. Pour les autres, sept patients (41,2 %) ont été traités chirurgicalement ; parmi lesquels trois ont reçu une radiothérapie complémentaire indiquée devant une exérèse tumorale insuffisante ou des adénopathies en rupture capsulaire. Deux patients (11,8 %) ont été traités par radiothérapie exclusive. Les taux de survie étaient de 17,6 % à 2 ans, et 5,9 % à 5 ans. La durée moyenne de survie était de 18,1 mois. Les causes d'échec étaient essentiellement locales et métastatiques.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE