Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2004 o

RHINOLOGIE

Evaluation des signes rhinologiques liés au reflux gastro-oesophagien


Auteurs : A. Bozec, N. Guevara, S. Bailleux, S. Converset, J. Santini, L. Castillo (Nice)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2004;125,4:243-246.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : l’acidité du reflux gastro-oesophagien (RGO) a, comme d’autres irritants très répandus, des conséquences médicales néfastes et parfois mal connues. Le but de cette étude est de connaître les signes rhinologiques engendrés par le RGO. Matériels et méthodes : pour ce faire, nous avons constitué de manière prospective 2 groupes de sujets (RGO prouvé par une ph-métrie et témoin) de 20 personnes chacun (10 hommes et 10 femmes). Chaque sujet de chaque groupe a été soumis à un interrogatoire (questionnaire et échelle visuelle analogique : EVA), à un examen clinique et à une exploration rhinomanométrique de l’obstruction nasale. Résultats : dans le groupe RGO, les tests statistiques montrent que les résistances nasales et les EVA liées à l’obstruction nasale et à la rhinorrhée postérieure sont plus élevées que dans le groupe témoin (test de Mann-Whitney ; résistance nasale totale : p<0.01, résistances uninasales : p<0.001, obstruction nasale : p< 0.00001, rhinorrhée postérieure : p<0.00001). Discussion : le groupe témoin ne comportait aucun signe rhinologique, il nous a permis de valider les valeurs normales de résistances nasales. Chez le patient présentant un RGO, l’obstruction nasale et la rhinorrhée postérieure apparaissent comme 2 symptômes supplémentaires à rajouter à la liste des signes fonctionnels O.R.L du RGO. Conclusion : au terme de notre étude, nous pouvons dire que le RGO constitue un facteur irritatif pour la muqueuse nasale à l’origine d’une obstruction nasale et/ou d’une rhinorrhée postérieure.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE