Retour accueil sommaires
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2014 o

MAXILLO-FACIAL

Evolution des greffes osseuses libres non vascularisées dans les reconstructions mandibulaires : à propos de 45 cas


Auteurs : Benzaouia A, Serghini S, Oukessou Y, Abada R, Rouadi S, Mahtar M, Roubal M, Kadiri F. (Casablanca)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2014;135,3:145-150.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Les tumeurs bénignes mandibulaires nécessitent souvent une chirurgie reconstructrice. Le but de notre travail est de présen­ter les résultats à moyen et à long terme chez 45 patients ayant bénéficié d’une reconstruction mandibulaire par greffe osseuse libre non vascularisée, après exérèse de tumeurs béni­gnes domi­nées par l’améloblastome. Les pertes de subs­tan­ces inter­ruptri­ces mandibulaires (PSIM) de type III hémimandibu­lec­tomies ont été les plus fréquentes dans notre série (58 %). La voie d’abord mixte a été nécessaire dans la majorité des cas. La reconstruction immé­dia­­te par des greffons iliaques cortico-spongieux fixés par des plaques vissées avec blocage inter­maxillaire a été la techni­que la plus utilisée (95 %). Le recul moyen est de 4,5 ans. L’évo­lu­tion était marquée par une bonne ostéointégration du greffon, avec un bon résultat esthétique et fonctionnel dans 40 % des cas. L’infection et la résorption osseuse représentaient les deux complications majeures et étaient liées entre elles, ainsi l’infec­tion a été notée dans 9 cas. La résorption de la greffe a entravé l’évolution et a abouti à un mauvais résultat esthétique et fonctionnel dans 4 cas, soit 9 % des cas.

Prix : 15.00 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2017 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE