Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2010 o

CANCEROLOGIE

Les lambeaux libres revascularisés de scapulaire dans les reconstructions mandibulaires. A propos de 93 cas (Avril 1997 - Octobre 2009)


Auteurs : Louis MY, Rame JP, De Raucourt D, Abou Mayaleh H. (Caen)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2010;131,4:263-268.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Objectif : le but de cet article est de préciser la place du lambeau libre revascularisé de scapulaire dans la recons­truc­tion mandibulaire en chirurgie cervico-faciale onco­logique répara­trice. Nous discuterons des avantages et des inconvénients, des indications et des contre indications, ainsi que des éventuel­les complications et séquelles de ce lambeau. Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective portant sur 93 lambeaux libres revascularisés de scapulaire pour recons­truire une perte de substance interruptrice de la mandibule entre Avril1997 et Octobre 2009 (chez 91 patients). Tous les patients ont été suivis avec un recul de 10 mois à 12 ans. Sur le site receveur : l’éva­lua­tion fonctionnelle a porté sur la qualité de l’ali­men­ta­tion, et de la déglutition. Résul­tats : le taux de succès était 94,63 % (5 nécro­ses sur 93 lambeaux). Sur le site rece­veur : les résultats ont été considérés comme bons (fonction nor­male ou quasi normale concer­nant l’alimentation et la déglutition), 83 % à 6 mois, 91 % à 18 mois. Sur le site donneur : les séquelles fonctionnelles ou douloureuses sont inexistantes (la rééducation post-opératoire a bien été menée chez tous les patients). Conclusion : le transplant scapulaire composite avec os, revascularisé par micro-anasto­moses, présen­te un immense intérêt pour les pertes de substance interruptrices de la mandi­bule, osseuses pures (ne dépassant pas 13 cm), ou composites (pluri-tissulaires), secondaires à des résections carcino­logiques ou ostéo-radionécrose.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE