Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2000 o

OTOLOGIE

Le scanner dans les 2e temps de tympanoplasties en technique fermée


Auteurs : S. P. A. Blaney, P. Tierney, M. Oyarazabal, D. A. Bowdler (London)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2000;121,2:79-81.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Un des inconvénients principaux de la technique fermée pour chirurgie du cholestéatome est la nécessité "du deuxième temps". La morbidité d'une seconde procédure peut être réduite cependant, à l'aide d'un endoscope rigide. Cinquante cinq patients consécutifs subissant un 2e temps ont été inclus dans cette étude. Avant la chirurgie un scanner a été réalisée pour évaluer à la fois l'anatomie et le degré de pneumatisation des cavités de l'oreille moyenne et de la mastoïde. Les découvertes lors du "deuxième temps" étaient corrélées avec les scanners préopératoires. Une approche otoendoscopique était possible dans tous les cas. Dans le diagnostic d'un cholestéatome résiduel ou récidivant, la tomodensitométrie avait une sensibilité de 43,8 %. La spécificité de la tomodensitométrie était de 51,3 %. L'explication de ces pourcentages est qu'il est impossible de faire la différence entre la récidive, le tissu cicatriciel ou l'inflammation sur des images de scanner chez des patients ayant subi précédemment une chirurgie de la mastoïde.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE