Retour accueil sommaires
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer Telecharger
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 1999 o

OTOLOGIE

Place de l'imagerie et de l'endoscopie dans la surveillance et la prise en charge des cholestéatomes opérés en technique fermée


Auteurs : J. M. Thomassin, F. Braccini (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol 1999;120,2:75-81.

Article publié en français



Résumé : Pour les auteurs, l'introduction des endoscopes en complément du microscope opératoire a permis des progrès considérables dans la qualité d'exérèse du cholestéatome lors du premier temps. Durant le second temps, l'utilisation des optiques permet de modifier les modalités des révisions qui peuvent être effectuées intégralement sous vidéo-contrôle. L'otoendoscopie autorise des abords a minima avec des délabrements chirurgicaux réduits en assurant une qualité de contrôle optimale. Nous avons effectué une étude prospective entre 1990 et 1998, portant sur 54 cas de cholestéatomes acquis opérés en technique fermée par le même opérateur. Le recul moyen d'analyse est de 29 mois. Une révision systématique est effectuée en moyenne dans les deux ans, et sous vidéo-contrôle par des voies a minima dans 76 % des cas. 37 patients ont passé une imagerie (TDM+/-IRM) avant la révision chirurgicale afin d'établir des corrélations radio-chirurgicales. Nous avons constaté durant ces révisions que 45 patients (83,3%) présentaient des oreilles normales sans récidive cholestéatomateuse, et 9 patients (16,66 %) un cholestéatome résiduel. Le scanner avant le second temps retrouvait des cavités parfaitement ventilées dans 40,5 %, des opacités localisées dans 7,9 % et des opacités diffuses dans 51,4 %. Toutes les cavités libres au scanner également constatées en IRM correspondaient à des oreilles sans cholestéatome résiduel. En revanche en cas d'opacité l'imagerie ne nous a pas permis de distinguer de manière formelle le tissu inflammatoire du cholestéatome résiduel. Ainsi le second temps reste le seul moyen pour éliminer un cholestéatome résiduel. En l'effectuant par des voies a minima sous vidéo-contrôle ce deuxième temps est mieux accepté par les patients.


|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2017 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE