Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2004 o

OTOLOGIE

Echecs et reprises chirurgicales après ossiculoplastie par prothèse en titane Kurz


Auteurs : D.-Q. Nguyen, J.-P. Lavieille, S. Schmerber (Grenoble)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2004;125,3:157-162.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Malgré son excellente biocompatibilité et de bons résultats fonctionnels, des cas d’échecs et d’extrusions ont été décrits avec les prothèses ossiculaires en titane. Objectifs : rapporter notre expérience des reprises chirurgicales des ossiculoplasties par prothèse en titane Kurz à Grenoble et discuter la conduite à tenir face à un échec d’ossiculoplastie. Matériels et méthodes : Etude rétrospective de 110 patients opérés entre novembre 1998 et 2002 d’une tympanoplastie avec ossiculoplastie par prothèse en titane. Les causes d’échec, les résultats anatomiques et fonctionnels ont été analysés dans le groupe des reprises (groupe 1) et des non-reprises (groupe 2). Résultats : le taux d’échec global après ossiculoplastie est de 20 % (22/110) nécessitant 20 reprises chirurgicales. L’étiologie principale de l’échec est une prothèse trop courte (9/20). Le taux d’extrusion est faible (2 cas). A long terme, les gains fonctionnels sont identiques dans le groupe 1 et 2. Conclusion : Le risque d’extrusion impose une large greffe cartilagineuse systématique. Le taux de luxation précoce (prothèse trop courte) nous incite à augmenter légèrement la longueur de la prothèse.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE