Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2008 o

RHINOLOGIE

Traitement par agrandissement des perforations septales


Auteurs : De Gabory L, Stoll D. (Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,1:43-48.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs: évaluer l’efficacité du traitement chirurgical par agrandissement vers l’arrière des perforations septales. Matériel : 10 patients ont été inclus. Ils étaient tous porteur d’une perforation septale symptomatique, d’un diamètre supérieur à 10 mm, située en zone 2 ou 2/3 de Cottle. Méthode : étude rétrospective. Le traitement chirurgical a consisté en une correction initiale des déviations septales antérieures, des nez déviés et des dépressions sus-lobulaires si nécessaire puis, d’un agrandissement vers l’arrière de la perforation, respectant toujours l’arcade choanale. Les critères d’évaluation ont été recueillis en pré-opératoire, à 2 mois post-opératoire en consultation et, à la date d’un questionnaire dédié adressé par courrier. Ils concernaient l’obstruction nasale et les céphalées (échelle analogique visuelle), les croûtes, les épistaxis et la ligne du dos du nez de profil. Le test de Mann et Whitney a permis l’analyse statistique des résultats. Résultats : l’âge et le recul moyen étaient de 53,9 ans et 16 mois. Deux cas d’ensellure nasale, l’une isolée, l’autre associée à un nez dévié ont du être corrigées dans le même temps avant le traitement de la perforation. La durée moyenne d’hospitalisation était de 24 heures. L’obstruction nasale cotée à 7.6 en moyenne, à disparue chez tous les patients (10/10) (p< 0,00016). Les céphalées cotées en moyenne à 7.8 ont disparu chez 5 des 6 patients concernés (p< 0,01). Les croûtes et les épistaxis ont disparu chez 7 des 8 patients concernés. Les taux de disparition des symptômes et des signes cliniques étaient à 16 mois de 100 % pour l’obstruction nasale, de 83,3 % pour les céphalées, de 87,5 % pour les épistaxis et les croûtes. Conclusion : L’agrandissement vers l’arrière des perforations septales symptomatiques offre un procédé chirurgical efficace, fiable, simple, peu ou pas morbide.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE