Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2011 o

PHONIATRIE

Influence du contexte d’écoute dans la perception des dysphonies : effets de la connaissance de l’état thérapeutique du patient sur le jugement de sa qualité vocale


Auteurs : Ghio A, Merienne S, Giovanni A. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2011;132,1:9-17.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : L’objectif de l’étude était d’évaluer dans quelle mesure les connaissances a priori qu’un thérapeute possède sur un locuteur dysphonique, notamment son état pré ou post traitement, peut influencer le jugement de la voix du patient. 53 patients dyspho­ni­ques ont été inclus dans l’étude et pour chaque locuteur, nous avons sélectionné une paire de voix enregistrées dans des circons­tances différentes. Sept auditeurs orthophonistes, ORL ou phoniatre ont été soumis en aveugle à l’écoute de ces paires de voix et devait fournir un jugement comparatif. Quelques semai­nes plus tard, les mêmes auditeurs ont subi le test à l’identique sauf que dans cette deuxième session, une information sur le statut des voix du locuteur était donnée : pré ou post, chirurgie ou rééducation. Nous avons équilibré cette information de façon soit à renforcer le jugement porté au préalable (ex : voix préférée en aveugle indiquée comme post thérapeutique en contexte), soit à contrarier le jugement (ex : voix préférée en aveugle indiquée comme pré thérapeutique en contexte). Dans l’écoute influencée renforcée, la préférence est amplifiée de façon significative. Dans l’écoute influencée contrariée, le changement de décision est important. Nous observons des inversions de préférences et la note avec information contradictoire est presque indépendante de la note obtenue en aveugle. Les résultats convergent vers l’extrême nécessité d’utiliser un protocole d’évaluation en aveu­gle pour réaliser un bilan perceptif d’une dysphonie.


Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE