Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2008 o

DYSPHAGIE

Corrélation entre l’analyse laryngoscopique et le reflux gastro-œsophagien chez un patient dysphonique


Auteurs : Welby-Gieusse M, Woisard V, Calas M, Serrano E. (Toulouse)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,2:107-114.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : le reflux gastro-œsophagien est responsable de symptômes oto-rhino-laryngologiques en particulier de dysphonie. Nous avons étudié le lien de causalité entre la dysphonie et le reflux. La recherche de la prévalence du reflux gastro-œsophagien, dans une population de patients dysphoniques, a été réalisée à l’aide d’une enquête clinique et laryngoscopique. Méthodes : 175 patients ont été inclus de manière prospective. Chaque patient a reçu un auto-questionnaire et chaque médecin consulté a réalisé une laryngoscopie. Les vidéos ont ensuite été réexaminées et cotées par un jury composé de 3 médecins. Ils ont utilisé une échelle de relecture des laryngoscopies orientant vers le diagnostic de reflux gastro-œsophagien. Devant les difficultés de reproductibilité, le jury a été conservé dans son ensemble jusqu’à la fin de l’étude. Résultats : nous avons mis en évidence que la laryngoscopie n’est pas un outil diagnostique performant, car il est opérateur dépendant. Toutefois, la présence d’œdème des cordes vocales et d’hypertrophie de la commissure postérieure est en faveur du diagnostic de dysphonie par reflux. Conclusion : le diagnostic de reflux gastro-œsophagien, face à des symptômes vocaux, est retenu lorsqu’il existe des signes cliniques digestifs associés (pyrosis).

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE