Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2005 o

RHINOLOGIE>

Pseudo-anévrysmes de l’artère carotide interne révélés par une épistaxis. A propos de deux cas


Auteurs : S. Vergez, M. Folia, F. Michenet, X. Rose, F. Lacroix-Loubes, J. Percodani, J. J. Pessey, E. Serrano (Toulouse)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2005;126,3:151-154.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : les pseudo-anévrysmes de l’artère carotide interne constituent une étiologie rare et grave d’épistaxis. Pouvant engager le pronostic vital à court ou moyen terme, ils nécessitent un traitement endo-vasculaire urgent. Les données épidémiologiques, les arguments diagnostiques et les choix thérapeutiques sont détaillés. Méthodes : à partir de l’exposé de deux cas cliniques les auteurs effectuent une revue de la littérature. Résultats : le premier concerne un pseudo-anévrysme apparu chez une jeune femme au-décours d’une chirurgie trans-sphénoïdale. Le second est survenu quant à lui, quatorze années après le traitement radio-chirurgical d’une tumeur ethmoïdo-frontale chez un homme ayant déjà été traité par radiothérapie pour une tumeur du cavum survenue à l’adolescence. Pour les deux patients, le diagnostic a été suspecté à l’endoscopie nasale par le constat d’une masse pulsatile intra-sphénoïdale. Ce diagnostic a été confirmé à chaque fois par l’angioscanner puis par l’artériographie. Une embolisation sélective a pu être effectuée dans le premier cas. Une occlusion carotidienne a été nécessaire dans le second, suite à la rupture du pseudo-anévrysme lors de la tentative d’embolisation de ce dernier. Conclusion : les données actuelles de la littérature confirment l’indication d’un traitement endo-vasculaire des pseudo-anévrysmes de la carotide interne. Le traitement de référence est l’occlusion carotidienne interne après vérification d’une bonne perméabilité du polygone de Willis. Dans certains cas, un traitement conservateur peut être entrepris consistant en l’embolisation sélective par coïls du pseudo-anévrysme ou bien en la mise en place d’une prothèse endovasculaire de type «stent».

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE