Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2008 o

CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE ET OROPHARYNGE

Reconstruction de la symphyse mandibulaire par implant de titane poreux : à propos d’un cas


Auteurs : Schultz P, Vautier D, Atallah I, Gentine A, Debry C. (Strasbourg)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,3:201-205.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectif : reconstruction de l’arche antérieure de la mandibule. Evaluation clinique à propos d’un cas. Patient et méthode : patiente de 55 ans présentant une amputation du tiers inférieur de la face suite à une mucormycose rapidement évolutive sur terrain immunodéprimé. La reconstruction de la portion antérieure de la mandibule et des parties molles adjacentes a été effectuée par une prothèse mandibulaire associée à un lambeau de grand dorsal. La prothèse mandibulaire arciforme est constituée de microbilles de titane T40. Elles sont consolidées par 2 plaques de titane parallèles et prolongées à leurs extrémités pour permettre leur fixation à l'os adjacent. La structure poreuse est destinée à favoriser l'intégration cellulaire et/ou osseuse. Résultats : la tolérance de la prothèse est excellente après un recul de 36 mois. La continence labiale a été restaurée à distance du geste chirurgical de reconstruction mandibulaire. L’imagerie confirme ces données par le maintien de la prothèse au contact osseux, l’absence de réaction inflammatoire des tissus adjacents, et l'intégration cellulaire au sein des billes. Conclusions : cette conception originale de prothèse est une alternative aux reconstructions de la portion antérieure de la mandibule par plaques d’ostéosynthèses traditionnelles ou par lambeaux osseux libres microanastomosés, ces derniers étant parfois associés à une morbidité significative.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE