Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 2013 o

CHIRURGIE PLASTIQUE

Toxine botulique et rajeunissement du regard


Auteurs : Volpei Ch, Miniconi MJ, Brunner CI, Besins T, Braccini F. (Nice)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2013;134,5:251-257.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : But de l’étude : les traitements par toxine botulique dans les zones frontale et périorbitaires engendrent des résultats parfois décevants, voire paradoxaux. Centrée sur cette zone, notre étude avait pour but d’affiner les techniques d’injection, par l’analyse des balances musculaires et la comparaison de l’effet obtenu en fonction de la topographie des points d’injec­tion et des quantités injectées. Méthodes : cette étude a été réalisée sous la forme de workshop en deux séances sur des patient(e)s informé(e)s de la teneur de l’étude et ayant signé un consentement éclairé. Elle a été menée par des Médecins et Chirurgiens appartenant à la SAMCEP* (Société Avancée de Médecine et Chirurgie Esthétique et Plastique). La Toxine Botulique utilisée était l’onabotulinum­toxin A. L’évaluation réalisée 15 jours après le traitement a porté sur la position globale du sourcil, la position de la tête, celle de la queue ; les interactions musculaires mises en jeu ; les rides sus-sourcilières. Onze cas cliniques sont présentés et leurs résultats discutés. Conclusion : cette étude met en exergue deux notions importantes : les balances musculaires et les «zones muscu­laires frontières», entre les muscles orbiculaire et corrugator, élé­ments clefs de la tête du sourcil, et entre les muscles frontal et orbiculaire au niveau de la queue du sourcil.


Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE