Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2013 o

CHIRURGIE PLASTIQUE

Augmentation esthétique du dorsum, résultat à moyen terme


Auteurs : Winter C, Gerbault O, Kestemont P, Castillo L. (Nice)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2013;134,4:179-184.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : But de l’étude : les augmentations esthétiques du dorsum peuvent être divisées selon leur objectif en augmentation totale et partielle ou camouflage. Le but de cet article original est de définir au travers d’une étude de cohorte, de cas cliniques et des données actuelles de la littérature les techniques valides dans chaque indication. Patients et méthode : il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique mono opérateur de 2005 à 2010 inclus. Sur 171 rhinoplasties, on comptait 57 rhinoplasties d’augmentation dont 40 intéressaient le dorsum. Ont été exclus les greffons osseux, les perdues de vue et une patiente opérée sur une maladie de Wegener active. Ainsi 26 rhinoplasties ont été analysées par un observateur indépendant. Résultats : tous greffons confondus on retrouvait 11,5 % de résorption ce qui correspond aux données de la littérature, soit 17 % de résorp­tion dans les indications de camouflage et 7 % en augmenta­tion, ainsi qu’un taux de résorption supérieur pour les greffons écrasés (33 %). On observait plus de déplacements dans les augmentations (28 %) que dans les camouflages (8 %) et une visibilité des berges du greffon supérieure dans les augmenta­tions (35 %) par rapport aux camouflages (8 %). Conclusion : dans les ensellures légères à sévères, le DCF est supérieur aux cartilages monobloc ou écrasé en terme de stabilité et visibilité, ses indications pourraient être élargies aux harmonisations. En camouflage le cartilage écrasé n’est pas pérenne et l’apo­névro­se temporale pourrait lui être préférée. Les produits de comble­ment résorbables peuvent offrir une alternative à la chirurgie ou parfaire ses résultats.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE