Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2008 o

GLANDES SALIVAIRES

Apport des séquences d’IRM de diffusion au diagnostic des tumeurs parotidiennes


Auteurs : Turner F, Cohen F, Varoquaux A, Giovanni A, Duflo S, Zanaret M. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,3:175-180.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectif : évaluer la contribution des séquences de diffusion pour le diagnostic de nature des tumeurs parotidiennes. Méthodes : étude rétrospective portant sur 29 patients tous opérés dans le service d’une tumeur parotidienne. Ils avaient bénéficié d’une imagerie par résonance magnétique en acquisition conventionnelle (T1, T1 Gadolinium, T2) et en séquences de diffusion. Etaient alors disponibles une cartographie ADC (cœfficient apparent de diffusion) et un rapport d’ADC entre la région tumorale et la parotide saine controlatérale, analysés successivement par deux radiologues expérimentés. Nous avons calculé quelle était l’efficacité de ces séquences d’IRM, en nous penchant plus particulièrement sur le diagnostic des tumeurs malignes. Nous avons également déterminé la sensibilité et la spécificité des séquences de diffusion, ainsi que leurs valeurs prédictives positives et négatives. Résultats : sur les 7 tumeurs malignes, 3 avaient été classées à tort comme bénignes grâce à la seule cartographie de diffusion. Nous obtenions une sensibilité de cet examen pour le diagnostic de malignité de 57 %. Sur les 22 tumeurs bénignes, 1 seule était classée à tort comme maligne. La spécificité de la diffusion pour le diagnostic de malignité s’élevait donc à 95 %, sa valeur prédictive positive à 80 % et sa valeur prédictive négative à 87 %. A noter que toutes les tumeurs malignes avaient un rapport d’ADC inférieur ou égal à 1,8. Conclusions : les caractéristiques histologiques des tumeurs malignes parotidiennes sont très variables. Généralement, elles possèdent de volumineux noyaux associés à une hypercellularité entraînant une baisse de l’ADC. Les résultats de cette séquence IRM sont encourageants même s’ils restent peu fiables devant des tumeurs kystiques ou nécrotiques.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE