Retour accueil sommaires
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2001 o

PEDIATRIE

Traitement chirurgical de première intention des kystes du tractus thyréoglosse chez l'enfant : à propos de 99 cas.


Auteurs : C. A. Righini, P. Mouret, C. Blanchet, C. Piolat, J. F. Dyon, E. Reyt (Grenoble)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2001;122,3:159-165.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Introduction : le kyste du tractus thyréoglosse (KTTG) représente la malformation la plus fréquente de la région cervicale. Le risque de complications infectieuses et de dégénérescence maligne impose son traitement. Objectifs : les buts de notre étude étaient : 1) de faire le point sur la clinique et les examens complémentaires nécessaires au diagnostic de KTTG ; 2) d'analyser les causes d'échec après traitement chirurgical. Patients et méthode : notre travail repose sur une étude rétrospective et sur une revue de la littérature. Entre 1981 et 2000, 99 enfants d'un âge moyen de 5 ans ont été opérés au CHU de Grenoble. 3 ont eu une kystectomie, 96 ont été opérés selon la technique de Sistrunck. Dans tous les cas une analyse anatomopathologique de la pièce opératoire à été faite. Résultats : l'échographie est l'examen pré opératoire qui a été le plus souvent demandé. La durée moyenne d'hospitalisation a été de 2 jours. Nous avons eu 7 complications post-opératoires : 3 hématomes et 2 abcès cervicaux, 2 désunions de cicatrice. Nous avons eu 6 rechutes locales. 3 enfants avaient eu une kystectomie et 3 avaient été opérés selon la technique de Sistrunck. Dans aucun cas il n'existait de signe de dégénérescence à l'analyse anatomo-pathologique. Conclusion : l'échographie cervicale est le premier examen complémentaire à demander avant d'opérer un KTTG. La technique de Sistrunck reste la technique chirurgicale de référence avec un taux de rechute compris entre 1 et 10 %. Les causes d'échec sont une rupture du kyste lors de la dissection, l'insuffisance de résection du corps de l'os hyoïde, la présence de multiples tractus accessoires dans les muscles de la base de langue, une résection insuffisante des muscles de la base de langue.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2014 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE